Table générale
- Accueil
Sylvain Kerspern - dhistoire-et-dart.com
Tables de rubrique : Contact :

sylvainkerspern@gmail.com

Attribuer

Sylvain Kerspern



Les facettes de Nicolas Baullery


4. Parcours d'un grand seigneur





Mise en ligne le 2 juin 2020


Lire aussi :
Généalogie et biographies des Baullery Baullery au Louvre Baullery selon les sources Le peintre selon van Mander Baullery et Brueghel à la noce! Baullery et Brueghel en conférence
«Il y a encore un certain Bolery, qui fait de beaux effets de nuit, des mascarades et autres fêtes semblables, ainsi que des troupeaux à la manière de Bassano. Il se comporte en grand seigneur et se promène à cheval suivi d’un laquais.»

Karel van Mander, Le livre des peintres (Het schilder-boeck), Haarlem, 1604.


L'approche de l'art de Baullery faite sur ce site visait à en retrouver les traces en tirant quelques fils laissés par les textes, agrémentés de quelques intuitions. Il faut maintenant chercher à donner à ses multiples facettes une cohérence en articulant la chronologie. Je demeure réservé sur le cas du tableau montrant Marie de Médicis au bras de Ferdinand son père de Cherbourg qui, pour moi, est problématique. Je tiens à remercier Paola Bassani Pacht et Vladimir Nestorov, dont les stimulantes propositions et discussions m'ont permis d'en approfondir le parcours.
Peintre de van Mander et d'Henri IV (avant 1605 environ).
Les trois gravures des placards de l'Entrée d'Henri IV dans Paris, portant la date de 1606, posent le premier jalon de la carrière de Baullery, dans un cadre royal. Elle doivent accompagner les célébrations du baptême du dauphin Louis, pour asseoir la continuité de la couronne de France. Pour autant, il n'est pas sûr que les peintures, selon la lettre, qu'elles traduisent datent de cette même année. Les évènements représentés remontent à une douzaine d'années, et c'est dans l'intervalle qu'elle doivent prendre place. Elles ont donc chance de témoigner d'un premier style de l'artiste, celui connu de van Mander.

Je leur ai, depuis longtemps, associé certaines des batailles d'Henri IV identifiables avec des peintures mentionnées dans les collections de Louis XIV, et provenant donc sans doute d'un décor royal. Figures menues, goût des filets d'empâtement et coloris contrasté marquent cette première phase, encore dans la suite d'un Caron. Il se montre capable aussi bien de sujets d'histoire que de scènes de genre dans un goût qui suggère la connaissance de l'art flamand - il est vrai très présent à Paris alors. L'un et l'autre se mélangent dans une Vocation de saint Mathieu inédite, qui ne peut que se placer tôt dans sa carrière, et qui m'a été signalée par Vladimir Nestorov, qui m'a également indiqué où se trouve la Place de marché.
Attribué à Nicolas Baullery
Allégorie du feu. Toile. Le feu. Toile, 46 x 62,5 cm.
Vente Aguttes, 11 octobre 2016 (« École allemande de la première partie du XVIIe si&eagrave;cle »)
Nicolas Baullery, Premier Siège de Paris par Henri IV. Bois. 41 x 52 cm.
Pau, Château-musée
Ici attribué à Nicolas Baullery, Assaut d'Henri IV. Bois. 35 x 52 cm.
Pau, Château-musée
Nicolas Baullery, Siège d’une ville par Henri IV. Bois. 41 x 52 cm.
Chartres, Musée des Beaux-Arts
Reddition de Paris par Henri IV
D'après Nicolas Baullery, Entrée d'Henri IV dans Paris.
Gravure. 23 x 31 cm. Chantilly
Reddition de Paris par Henri IV
D'après Nicolas Baullery,
Henri IV allant à Notre-Dame.
Gravure. 23 x 31 cm. Ensba
D'après Nicolas Baullery,
Henri IV à la porte Saint-Denis voyant le départ des Espagnols.
Gravure. 23 x 31 cm. Ensba
Attribué à Nicolas Baullery
Une place de marché. Toile. 131 x 179 cm.
Yale University Gallery (New Haven) (comme Hendrick van Steenwijk)
Ici attribué à Nicolas Baullery
La vocation de saint Mathieu. Toile. 113 x 155,5 cm.
Vente Christie's, 2017
D'Henri IV à Marie de Médicis (vers 1605-vers 1615).
Malgré l'erreur de prénom, le témoignage de Félibien confirme la participation de Nicolas aux chantiers royaux, singulièrement au Louvre. Sa mention prend place après avoir évoqué la carrière de Jacob Bunel (1558-1614), s'attardant sur sa participation à la Petite Galerie du Louvre, puis sur ses collaborateurs pour les ornements et dorures des trumeaux. Malheureusement, il ne précise pas la contribution de notre homme qui ne fut certainement pas limité à ce genre de tâche, à moins qu'ils ne comprennent des petits panneaux tels que les faits d'armes d'Henri IV évoqués plus haut.

Ce que Baullery a pu faire pour Marie de Médicis est connu d'abord par des gravures autour des cérémonies de son couronnement comme régente et celui de son fils Louis XIII en 1610. Elles montrent, par rapport à ce qui précéde, une plus grande consistance dans les figures et une conception de la lumière plus atmosphérique, qui pourrait justement découler du voisinage avec Bunel. C'est ce qui, selon moi, impose de situer après 1610 la participation au décor de la galerie du château de Saint-Germain, auprès de Guillaume Dumée, par le Lever et la toilette de Hyanthe et Climène (Louvre).

De cette époque semblent dater les premiers exercices dans le goût de Brueghel, noces de village et, bientôt, avocats des paysans, compositions sur les campagnes par un peintre né et actif à Paris, sans doute avant même ses représentations des cérémonies de 1610.
(Pieter Brueghel (II ou III) d'après?) Nicolas Baullery
Noces de village. L'offrande à la mariée. Panneau. 79 x 150 cm.
Chez Joseph Hahn 1969-70
(D'après?) Nicolas Baullery
Noces de village. L'offrande à la mariée. Toile. 97 x 107 cm.
Vente Paris 19 mai 2017
(Ci-dessous) Nicolas Baullery
Huit épisodes du Tournoi du Pas d'Armes de Sandricourt. Pierre noire, plume, lavis, rehauts de blanc. 35 x 52,5 cm.
Louvre (Cabinet des Arts Graphiques, Cabinet des dessins, Inv. 23702-23710)




Nicolas Baullery
Noces de village. L'offrande à la mariée.
Toile. 95,5 x 112. Vente Christie’s Londres, 24 mai 1991
Nicolas Baullery
Noces de village. La danse des catherinettes.
Toile. 95,5 x 112. Vente Christie’s Londres, 24 mai 1991
Nicolas Baullery
La mort de la jeune fille de Sestos.
Bois (?), 76,5 x 95,5 cm. Coll. part. (selon un cliché de la Caisse nationale des monuments et des sites de 1986)
Nicolas Baullery
Le cortège de la mariée arrivant à l’église.
Huile sur toile. 106,8 x 150. Vente Christie’s Londres, 7 juillet 2000
D’après Nicolas Baullery
frontispice du Livre de portraiture édité par Jean Le Clerc, Paris, 1610. Gravure. 13,8 x 19,5 cm
Paris, Bibliothèque Doucet.
Nicolas Baullery
L’Avocat de village. Huile sur toile. 90 x 150.
Naguère galerie Rotelco; Bucarest.
Léonard Gaultier d'après Nicolas Baullery,
Le couronnement de Marie de Médicis.
Gravure. 26 x 33,5 cm. BnF
Jan van Haalbeck d'après Nicolas Baullery,
Le couronnement de Louis XIII.
Gravure. 28 x 38 cm. BnF
Nicolas Baullery
Noces de village. Cortège de la mariée. Huile sur toile. 108 x 148,5.
Avignon, Musée Calvet
Nicolas Baullery
Danse paysanne. Huile sur toile. 92 x 126.
Montpellier, Musée Fabre
Nicolas Baullery
L’avocat de village. Huile sur toile, 100 x 130 cm.
Vente Sotheby’s Londres, 15 juin 1983, n°110; vente Genève, 26-28 mai 1986.
Nicolas Baullery
L'adoration des bergers. Huile sur toile, 200 x 159 cm.
Chassey, église de la Nativité.
Attribué à Nicolas Baullery
La lever et la toilette de Hyanthe et Climène. Huile sur toile, 107 x 97 cm.
Louvre.
Nicolas Baullery
Le Christ devant Pilate. Huile sur toile, 250 x 154 cm.
Collection particulière.
Le maître de Jacques Blanchard (vers 1615-1630)
C'est à partir de 1613 que Nicolas Baullery prend en charge le premier apprentissage, basique, de son neveu Jacques Blanchard, bientôt 13 ans. C'est sur les œuvres de cette époque du maître que l'on pourrait juger des premiers modèles de l'élève. De cette période ultime doit dater l'Adoration des bergers de Toulouse, longtemps seule œuvre répertoriée de l'artiste; sans doute aussi la peinture qui servit de modèle aux héritiers de Pieter Brueghel l'Ancien pour produire en quantité quasi-industrielle la version la plus ambitieuse de l'Avocat des paysans, dont l'original du Français reste à retrouver et dont Abraham Bosse transposera la structure dans son Étude du procureur, gravée en 1633 - le procureur étant une fonction juridique crée en 1620.

Deux peintures inédites viennent compléter celles déjà présentées sur ce site. La version intime de l'Avocat des paysans de Turin m'a été signalée par Vladimir Nestorov, et je l'en remercie vivement. J'y adjoins une peinture du musée de Dôle, dont le traitement des mains, le coloris et la physionomie marquée correspondent au style tardif de Baullery. La chronologie suggérée sur cette page reste évidemment provisoire, et sujette à des révisions à mesure que de nouvelles découvertes viendront s'y ajouter mais le cadre général m'en semble posé. On ne peut que constater le chemin parcouru, d'un langage spirituel dans la touche et les effets, exubérants, à un art plus mesuré et monumental, accentuant la densité des volumes par la géométrisation et la lumière. Il n'aura cessé d'avancer sur un chemin comparable à l'ensemble de l'art parisien du temps, d'un Dubois, d'un Bunel, d'un Dumée ou, plus jeune, d'un Varin.

Sylvain Kerspern, Melun, le 2 juin 2020

Pieter (II ou III) Brueghel d’après Nicolas Baullery
L’Avocat de village.
Huile sur panneau. Passé chez Gismondi en 1989
Nicolas Baullery
Rixe de gueux.Vente Ader Tajan 28 juin 1993, n°22.
Huile sur toile, 97 x 130,5 cm.
Nicolas Baullery
L’Avocat de village.
Huile sur toile. Turin, Galleria Sabauda
Ici attribué à Nicolas Baullery
Le silence (?). Huile sur toile, 60 x 41 cm.
Dôle, Musée des Beaux-Arts.
Attribué à Nicolas Baullery
Le mariage (ou l’amour) inégal. Huile sur toile, 91,4 x 142,3 cm.
Vente Christie’s Londres 3 décembre1997 (« School of Lorraine », circa 1580).
Attribué à Nicolas Baullery
Une rixe d'aveugles. Huile sur toile, 98 x 147 cm.
Bâle, Kunstmuseum.
Nicolas Baullery
L'adoration des bergers. Huile sur toile, 470 x 300 cm.
Toulouse, église de la Nativité.
Nicolas Baullery
L'adoration des bergers. Huile sur toile, 226 x 171 cm.
Fontenay-Trésigny, église Saint-Martin.

Sylvain Kerspern, Melun, le mardi 2 juin 2020

Bibliographie :
van Mander 1604 : Karel van Mander, Het Schilder-Boeck (Le livre des peintres), Harlem.
Félibien 1679 : André Félibien, Entretiens sur la vie et les ouvrages des plus excellens peintres ..., Paris, t. III, 1679.
Perrault 1696-1700 : Charles Perrault, Les hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle. Avec leurs portraits au naturel, Paris, 2 vol., II, p. 93.
Sauval 1724 : Henri Sauval, Histoire et antiquités de la ville de Paris, Paris, II, p. 34.
Bérard 1872 : André Bérard, Dictionnaire biographique des artistes français du XIIè au XVIIè siècle, Paris, p. 51 (Jérôme) et 89 (pour Jérôme et « Jean » ) (l’ouvrage s’arrête, en fait, au XVIè siècle).
Marcel et Guiffrey 1907 : Pierre Marcel et Jean Guiffrey, "Une illustration du "Pas d'armes de Sandricourt" par Jérôme ou Nicolas Baullery", Gazette des Beaux-Arts, 1907, t. 37, p. 277-288
Jal 1872 : Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, 1867, 2è édition, 1872;
Guiffrey 1915 : Jules Guiffrey, Artistes parisiens du XVIè siècle et du XVIIè siècles ..., Paris.
Sterling 1961 : Charles Sterling, « Les peintres Jean et Jacques Blanchard » , Art de France, I, 1961, p. 76-118.
Collard et Ciprut 1963 : L. H. Collard et E. J. Ciprut, Nouveaux documents sur le Louvre, Paris, 1963.
Collard 1965 : L. H. Collard, « Aperçu sur le mobilier de quelques églises parisiennes au XVIIè siècle... » , Bulletin de la société de l’histoire de l’art français (Année 1964), 1965, p. 159-171.
Erlande Brandenbourg 1966 : Alain Erlande-Brandenbourg, « Les appartements de la Reine-mère Marie de Médicis au Louvre » , Bulletin de la société de l’histoire de l’art français (Année 1965), 1966, p. 105-113
Fleury 1969 : Marie-Antoinette Fleury, Documents du Minutier Central concernant les peintres, les sculpteurs et les graveurs au XVIIe siècle (1600-1650), t. 1, Paris.
Béguin 1970 : Sylvie Béguin, I disegni dei maestri. Il Cinquecento francese, Milan, p. 90
Weigert et Préaud 1976 : Roger-Armand Weigert et Maxime Préaud, Bibliothèque Nationale, Cabinet des estampes. Inventaire du fonds français : graveurs du XVIIè siècle, tome VII, Paris (p. 430).
Rosenberg et Cuzin 1978 : Pierre Rosenberg et Jean-Pierre Cuzin, « Saraceni et la France », La Revue du Louvre, 1978-3, p. 194 et n. 28
Thuillier 1978 : Jacques Thuillier, « Documents sur Jacques Blanchard » , Bulletin de la société de l’histoire de l’art français (Année 1976), 1978, p. 81-83, 87-88, 89-90.
Roy 1980 : Alain Roy, Les envois de l’état au musée de Dijon (1803-1815), Paris, p. 39-41.
Le Blant 1984 : Robert Le Blant, « Un marchand de tableaux bourguignon au XVIIè siècle. Nicolas Perruchot » , CIXè congrès national des sociétés savantes, Dijon, t. 1, p. 231.
Beresford 1985 : Richard Beresford, « Deux inventaires de Jacques Blanchard » , Archives de l’art français, XXVII, p. 107-134.
Cordellier 1985 : Dominique Cordellier, « Dubreuil, peintre de la Franciade de Ronsard au Château-Neuf de Saint-Germain » , Revue du Louvre et des musées de France, 1985, p. 357-378.
Pérot 1985 : Jacques Pérot, Musée national du château de Pau. Quinze années d’acquisitions, 1970-1984, Paris, p. 35-40.
Ehrman 1986 : Jean Ehrman, Antoine Caron, Paris, 1986.
Grodecki 1986 : Catherine Grodecki, Documents du Minutier Central des notaires de Paris. Histoire de l’art au XVIè siècle (1540-1600), II, Paris.
Charles 1987 : Isabelle Charles in cat. exp. La Chartreuse de Paris, Paris, Carnavalet.
Cat. exp. Meaux 1988-1989 : De Nicolo dell’Abate à Nicolas Poussin : aux sources du classicisme (1550-1650), Meaux, musée Bossuet, n° 15.
Bimbenet-Privat 1992, Michèle Bimbenet-Privat "Les orfèvres français à Rome 1500-1620", Mélanges de l'Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, 1992, vol 104, n°104-2, p. 473
Laharie 1992 : Patrick Laharie in cat. exp. Images de confréries, Paris, B.H.V.P, p. 252-253.
Kerspern 1993, notices sur Jérôme et Nicolas Baullery pour l’Allgemeines Künstlerlexikon, t. 7, p. 573.
Schnapper 1994 : Antoine Schnapper, Curieux du Grand Siècle. Collections et collectionneurs dans la France du XVIIè siècle, Paris, 1994.
André Chastel 1994, L’art français. II, Temps modernes, 1430-1620, Paris,1994, p. 247.
Thuillier 1998, Jacques Thuillier, cat. exp. Jacques Blanchard, 1998, p. 15.
Leproux 2001 : Guy-Michel Leproux, La peinture à Paris sous le règne de François 1er, Paris, 2001, p. 186
Pacht Bassani Paola 2003, « Marie de Médicis et ses artistes » in actes du colloque Le siècle de Marie de Médicis, Paris, 2003, p. 81-94.
Boyer 2003 : Jean-Claude Boyer, "Le dessin en Lorraine au début du XVIIè siècle " in Dessins français aux XVII et XVIIIè siècles (actes du colloque, Paris, 1999), Paris, 2003, p. 68-70.
Pacht Bassani Paola 2004, in cat. exp. Marie de Médicis, Blois, 2004, p. 154-157, 162.
Fleury et Constant 2010 : Marie-Antoinette Fleury et Martine Constant, Documents du Minutier Central concernant les peintres, les sculpteurs et les graveurs au XVIIe siècle (1600-1650), t. 2, Paris.
Dominique Cordellier 2010, Toussaint Dubreuil, Paris, Louvre, 2010
Lebédel-Carbonnel, Hélène 2012 in cat. exp. Festins de la Renaissance. Cuisine et trésors de la table, château de Blois, 2012, n° 149

Courriels : sylvainkerspern@gmail.com - sylvainkerspern@hotmail.fr.
Vous souhaitez être informé des nouveautés du site? C’est gratuit! Abonnez-vous!
Vous ne souhaitez plus recevoir de nouvelles du site? Non, ce n’est pas payant... Désabonnez-vous...
.

Site hébergé par Ouvaton